DIN CARTEA ,,ARHIPELAGUL NINSORILOR”

Tatiana Butnaru

NINGE
Ninge cu dor
Peste un petec de ţarǎ,
Ninge şi plouǎ la un loc,
N-am ştiut
Cǎ ninsorile ar putea sǎ doarǎ,
Iar apoi se prefac
În stropi de tinǎ amarǎ.

Ninge ca la început
Peste un Mileniu
Cufundat în uitare,
Ninge şi plouǎ,
Plînge un dor
Mistuit de trǎdare…,
Iartǎ-mǎ cǎ nu pot uita,
Ninsorile de odinioarǎ.
Ninge din lacrima lui Dumnezeu
Peste acest colţ de ţarǎ…

IL NEIGE

Il neige avec nostalgie
Sur un lopin de pays
Il neige et il pleut à la fois,
Je n’ai pas su
Que la neige peut
Causer de la souffrance
Et après se transforme en
Gouttes de boue.
Il neige comme au début
Sur un Millénaire
Absorbé par l’oubli.
Il neige et il pleut
Un ennui
Mine par la trahison
Pleure
Pardonne-moi, de n’avoir pas oublié
La neige d’antan.
Il neige sur ce pays
C’est la larme de Dieu.

*************************
Stǎteam la o margine de ninsoare,
Tu – de cealaltǎ,
Dincolo nu era nimic,
Doar un Mileniu rǎstignit.
Vroiam sǎ ajung la el,
Dar fulgii se rostogoleau din înalt,
Nu dovedeam nici sǎ-l strig,
Acolo, dincolo de ninsoare,
Lîngǎ Mileniul lǎsat,
În mrejele uitǎrii
Se revǎrsa în lacrimi cerul,
Plîngea un vis neîmplinit.

*****************************
Je demeurais inanimée d’un côté
Et toi, tu restais intact de l’autre,
Entre nous deux – une belle chute de neige.
En delà, il n’y était qu’un Millénaire crucifié
Que je voulais attraper,
Mais les flocons de neige tombaient frivoles du Haut
Et je ne pouvais même pas l’appeler,
Car en delà de la neige,
À côté du Millénaire oublié,
Le ciel se fendait et faisait couler les larmes
C’est qu’un espoir perdu pleurait.

PUIŞOR DE LILIAC

Ninge de se-nfioarǎ,
Puişor de liliac,
Ninge-n toi de primǎvarǎ,
Puişor de liliac,
Parcǎ Dumnezeu coboarǎ,
Puişor de liliac,
Şi surîde din icoanǎ,
Puişor de liliac,
Parcǎ Dumnezeu din ceruri,
Puişor de liliac,
Vrea sǎ-mi scuture blestemul,
Puişor de liliac,
Sǎ-mi mîngîie faţa plînsǎ,
Puişor de liliac,
Lacrima de sus prelinsǎ,
Puişor de liliac,
Şi sǎ ningǎ a cîta oarǎ,
Puişor de liliac,
Peste astǎ primǎvarǎ,
Puişor de liliac,

JEUNE PLANT DE LILAS

Il neige tant qu’on frémit,
Jeune plant de lilas,
Il neige en plein printemps,
Jeune plant de lilas,
Comme si Dieu descendait,
Jeune plant de lilas,
Et riait à partir de son icône,
Jeune plant de lilas,
Il parait que Dieu voudrait
M’en ôter le blasphème,
En me faisant de tendres caresses
Sur mon visage attristé
Jeune plant de lilas,
Par les larmes
Qui suintent du Ciel,
Jeune plant de lilas,
Soit qu’il neige encore tant de fois,
Dans ce printemps.
Jeune plant de lilas.

* * *

Lacrima devine ninsoare,
De unde curg amintirile
Dulci- amǎrui
Ca globul de tinǎ.
Primǎvara zvîcneşte şi ea,
Bolnavǎ de dorul ninsorilor albe,
Dar mai ales marcatǎ
De povara neidentificatǎ
A fulgilor de nea.
Ninsoarea-mi pǎinjineşte ochii
Şi se rostogoleşte sub retinǎ,
Golul e alb şi rece,
Strǎluminat de fulgi de luminǎ,
Unde nimeni nu se’ntoarnǎ
Şi nici nu poate sǎ mai revinǎ.

********************
La larme devienne neige,
D’où les souvenirs fades et amères
comme la terre glaise
sont égregnés.
Le printemps bondit, lui aussi,
Malade de spleen
de la neige immaculée,
Et surtout
Marqué par le fardeau
Inconnu des flacons.
La neige recouvre mes yeux
Elle glisse sous la retine
Le vide est blanc et froid
Illuminé par les flocons éclairés
Où personne ne peut pénétrer,
Ni y revenir.

***
În cǎutarea unui Mileniu
Rǎstignit pe cruce
S-au revǎrsat ninsorile.
Nu mai am timp de pierdut,
Întroienite cǎrǎrile
Mǎ duc în labirint.
Aş vrea sǎ ningǎ
Pînǎ la rǎdǎcina lacrimii
Care m-a copleşit.
Dar abisul se deschide,
Se dezlǎnţuie, iar ninsorile,
Rîd şi plîng înzǎpezit.

***

À la recherche du Millénaire crucifié
La neige s’est disperse.
Je n’ai plus de temps à perdre
Les sentiers enneigeés
Je prend le cap sur le labyrinth
Je voudrais qu’il neige
Jusqu’à la source des larmes
Qui m’ont envahi
Mais l’abȋme s’ouvre
Et la neige commence à tomber
Neigeux, je ris et je pleure.

Plînge doru’

Plînge doru’ ori murmurǎ,
Frunza linu o scuturǎ…
Plînge doru’ ori murmurǎ.

Plînge doru’ ori descîntǎ,
Vîntu frunza o frǎmîntǎ…
Plînge doru’ ori descîntǎ.

Plînge doru’ în baladǎ,
Frunza zboarǎ în tǎgadǎ…
Plînge doru’ în baladǎ.

Plînge doru’ dupǎ tine,
Frunza pleacǎ şi greu vine…
Plînge doru’ dupǎ tine.

Plînge doru’ ori şopteşte,
Frunza greu se rostuieşte…
Plînge doru’ ori şopteşte.

Le chagrin pleure

Le chagrin larmoie et soupire,
Les feuilles des arbres tombent paisiblement…
Le chagrin pleure et soupire.

Le chagrin pleure et exorcise,
Le vent agite les feuilles…
Le chagrin pleure et exorcise.

Le chagrin te déplore,
La Feuille s’en va et ne revient pas…
Le chagrin te déplore.

Le chagrin verse des larmes et murmure,
La Feuille danse sans rime ni raison…
Le chagrin verse des larmes et murmure.

* * * * * *
Mai albǎ
decît valul de ninsoare –
privirea mamei din icoanǎ.

Ninge
peste frunza de aur a toamnei,
iar lumina picurǎ mult
în condelabrele tǎcerii
şi se mistuie durut
printre fulgi de nea…

Iartǎ- mǎ, mamǎ!

*****************

Plus blanche
que le vague de la neige-
le regard de la mere
de l’icône.

Il neige
sur la feuille d’or d’automne,
mais la lumière tombe silencieusement
dans les lustres du silence
et se détruit douloureusement
parmi les flocons de la neige…

Pardonnez – moi, mère!

* * *
Biserica era plinǎ de îngeri,
Ce se rostogoleau spre noi,
Printre fulgii de nea.
Eram dusǎ de îngeri,
Ca-ntr-un satanic joc,
În iureşul florilor de nea,
Acolo unde cufundatǎ-n beznǎ,
Icoana unui Mileniu
Abia se zǎrea.
Vroiam sǎ-l ajung,
Sǎ-mi sprijin fruntea
De-aceastǎ luminǎ stingherǎ,
Dar vîntul bezmetic
Mǎ trǎgea înapoi
Şi eu plîngeam şi rîdeam
În biserica plinǎ de îngeri.

*******************
L’église était pleine d’anges,
Qui roulaient vers nous,
Parmi les flacons de neige.
J’étais portée par des anges
Comme dans un jeu satanique,
Dans la precipitation des fleurs de neige
Là, où plongée dans l’obscurité,
L’icône d’un Millénaire
À peine entrevu.
Je voulais l’atteindre,
Pour soutenir mon front
De cette lumière solitaire,
Mais le vent distrait
Me tirait en arrière
Et je pleurais et je riais
Dans l’église pleine d’anges.

***********

Duhovniceascǎ
Umbrele înserǎrii Se lasǎ peste prag, Sfinţii din icoane Printre umbre zac.

Lacrima pripitǎ Se prelinge încet Peste chipul palid Unui biet profet.

Plînge sau ofteazǎ Maica cea smeritǎ Pruncul şi vegheazǎ Ruga ei fierbinte.

Chiar şi Domnul Sfîntul Pare cǎ viseazǎ, Printre flori şi îngeri Fulgii lin danseazǎ.

Se adunǎ-n valuri Şi-n ninsoare saltǎ, Se despicǎ cerul Ca o cruce dalbǎ.

**********************

Spirituelle
Les ombres du crépuscule Tombent sur le seuil, Les saints des icônes Gisent entre les ombres.

La larme hâtive Elle suinte lentement Sur le visage pâle D’un pathétique prophète.

Elle pleure ou elle soupire L’humble mère L’enfant lui veille Sa chaude prière.

Même Saint Dieu Il semble qu’il rêve, Parmi les fleurs et les anges Les flocons doucement dansent.

On rassemble dans les vagues Et dans la chute de neige s’élance Le ciel se casse Comme une croix blanche.